Bookshop
  • Français
  • English
  • Nouvelles de danse

    NDD # 78 – Dossier – La danse face aux défis écologiques

    Création, mobilité, scénographie, costumes… Comment la danse opère-t-elle sa transition écologique ? Quels en sont les freins ? Faisons le point en compagnie de chercheurs, de critiques et d’artistes.

     

    Réchauffement climatique, émissions de CO2, urgence écologique… le débat s’invite partout, imprégnant les sphères politique, économique, civile, artistique. Parce que la planète bleue peine à se mettre au vert, ses habitants sont en train de perdre leurs couleurs… mais pas leur enthousiasme à imaginer des alternatives, celles-ci émergeant ici et là, de façon inégale au sein de l’Europe. La Belgique tente de passer à la vitesse supérieure et a vu naître, il y a quelque mois, un projet de banque, NewB, associant, tel un oxymore, les termes de finance et de durabilité. à l’instar du (très polluant) secteur de la mode, le champ chorégraphique commence à réfléchir sérieusement (et à agir) à son impact écologique et à ses enjeux en termes de création et de mobilité. 

     

    Au siècle dernier, Isadora Duncan avait ouvert la voie à une autre façon de danser, non « dans » mais « avec » la nature, suivie quelques décennies plus tard par Anna Halprin, Simone Forti (entre autres) aux états-Unis, par Min Tanaka et les danseurs de Mai Juku au Japon… Loin d’être indifférents aux tumultes du monde, les chorégraphes sont nombreux à prendre ces questions à bras-le-corps, qu’ils déclinent sur les plateaux avec gravité (souvent) et humour (parfois). Thierry Smits, Maria Clara Villa Lobos, Éléonore Valère-Lachky expliquent, dans nos colonnes, comment leur prise de conscience écologique influe sur leur pratique artistique.

     

    Pris dans sa frénésie de tournées, de festivals ici et ailleurs, comment le secteur chorégraphique, et son système de production-diffusion, peut-il être compatible avec les enjeux écologiques ? Les artistes doivent-ils désormais se passer des tournées internationales, comme le suggère le chorégraphe français Jérôme Bel, pour qui la circulation de la culture ou l’expérience de « l’altérité est un luxe qu’on ne peut plus se permettre 1 »? La mobilité des chorégraphes qui suscite, au sein de la profession, des réactions diverses est bien au cœur du sujet. Jeroen Peeters, dans son article, prône une façon de voyager plus durable en maîtrisant son empreinte écologique. Culture et politique allant de pair, nous avons interrogé Bénédicte Linard, ministre de la Culture, qui s’exprime, dans l’entretien qu’elle nous a accordé, sur les liens historiques entre le parti Ecolo et la culture.

     

    À l’instar de « Greentrack », né sous l’impulsion du Kunstenpunt, le Réseau des Arts (RAB/BKO) à Bruxelles travaille actuellement à une charte environnementale pour le secteur culturel bruxellois en collaboration avec plusieurs structures, dont la Monnaie. Cette maison d’opéra située à Bruxelles a mis, elle aussi, les préoccupations vertes à son agenda et devait lancer, en juin, son « Green Opera Day » (annulé à cause de la crise du coronavirus). À l’heure du recyclage, la fabrication de costumes et de décors s’oriente elle aussi vers la récup. Changer les pratiques pour changer de paradigme, tel est le crédo.

     

    Si cet élan écologique au sein des arts de la scène et de son système de production ne peut qu’être loué, il se heurte néanmoins à deux écueils. Le premier touche à la cohérence des discours et des actes ; le second, au consensus imprégnant les plateaux, avec une prévalence du contenu (message véhiculé par la pièce) sur la forme. Érigé en dogme, assimilé à une religion par le philosophe Régis Debray 2, l’écologisme n’entraverait-il pas la liberté de penser et de créer ? Quand l’art est porteur d’un discours consensuel auprès d’un public souvent déjà acquis à la cause ne perd-il pas son pouvoir subversif ? Le débat est ouvert. Pour l’heure, laissons ici auteurs et artistes développer leur vision et témoigner de leur engagement d’une indubitable sincérité •

     

     Alexia Psarolis

     

    1 / Dossier Art, écologie, transition, entretien avec Jérôme Bel, Journal de l’ADC, n°77

    2 / R. Debray, Le siècle vert, éd. Tracts/Gallimard

     

    Note : Les articles de ce dossier, dans leur majorité, ont été rédigés avant la crise sanitaire.

     

    DOSSIER EN LIGNE :

     

    Penser avec les pratiques chorégraphiques pour habiter autrement la Terre

     

    Voyager moins, plus lentement et autrement – Vers une mobilité plus durable dans le secteur artistique

     

    La culture passe au(x) vert(s) – Entretien avec Bénédicte Linard

     

    « Les tournées ne vont bientôt plus être possibles » – Entretien avec Thierry Smits 

     

    «  La critique sociale est un moteur pour moi » – Échange avec Maria Clara Villa Lobos

     

    Une œuvre artistique, un acte citoyen – Entretien avec Éleonore Valère-Lachky

     

    Le spectacle vivant à l’heure de la scénographie durable

     

    Vers une Monnaie éco-responsable

     

    Bud Blumenthal, l’engagement à l’œuvre
    0

    Le Panier est vide