hemburger

Steve Paxton

Steve Paxton explore depuis cinquante-cinq ans la fiction de la danse « cultivée » et la « vérité » de l’improvisation.

Né à Phoenix dans l’Arizona en 1939, il aborde sa recherche sur le mouvement par la gymnastique avant de se former en modern dance puis en danse classique, yoga, aïkido et tai chi chuan. Pendant l’été 1958, il participe à l’American Dance Festival du Connecticut College, où il suit l’enseignement des chorégraphes Merce Cunningham et José Limón. Peu après, il s’installe à New York. Il danse dans la José Limón Company en 1959 et avec la Merce Cunningham Dance Company de 1961 à 1964. Il aborde la pratique de l’aïkido en 1964 au dojo Hombu de Tokyo et poursuit son apprentissage à New York auprès de Yamada Sensei.

Par goût de la déconstruction, de l’exploration, de la subversion et de l’invention, il se retrouve membre fondateur du Judson Dance Theater (1962-1966), dans le droit fil des ateliers du compositeur Robert Dunn, lui-même inspiré par les méthodes de John Cage. Steve Paxton a pour partenaires en expérimentation Yvonne Rainer, Trisha Brown, Robert Rauschenberg et Lucinda Childs, entre autres. Le courant du Judson influera sur l’émergence d’une danse contemporaine et ce, à différentes époques aux quatre coins de la planète.

Dans les années 1960, Steve Paxton a recours au mouvement prosaïque et quotidien pour créer des premières pièces aussi singulières que Flat (1964), Satisfyin Lover (1967) et State (1968). En phase avec son intérêt pour la science et la technologie, Steve Paxton participe aux Nine Evenings: Theater and Engineering en 1966, à l’initiative de Billy Klüver, un ingénieur des Laboratoires Bell en collaboration avec Robert Rauschenberg. Il est aussi membre fondateur du Grand Union (1970-1976), un collectif d’improvisation réunissant plusieurs chorégraphes des débuts du Judson, Yvonne Rainer, David Gordon, Trisha Brown ainsi que Douglas Dunn, Lincoln Scott, Barbara Dilley et Becky Arnold.

En 1972, Steve Paxton est à l’origine du Contact Improvisation, qui propose des principes physiques pour le mouvement de corps en contact : la fluidité dans la transmission et la réception du poids, la prise d’initiative, les réflexes et l’empathie physique innée. Le Contact Improvisation évoluera en un réseau international de danseurs qui se réunissent pour pratiquer et aussi pour publier des informations et des essais dans la revue de danse et d’improvisation, Contact Quarterly, à laquelle Steve Paxton collabore en tant qu’auteur et éditeur depuis 1975. Il fonde Touchdown Dance avec Anne Kilcoyne en Angleterre en 1986, une structure qui offre à des malvoyants la possibilité de danser.

En 1986, il commence sa recherche sur Material for the Spine. Dans MFS, qui découle de son observation du Contact Improvisation, la colonne vertébrale devient un « membre » essentiel du corps. C’est une étude technique et méditative des potentiels de mouvement du bassin et de la colonne vertébrale. En 2008, Steve Paxton réalise une publication numérique interactive du même nom, Material for the Spine, avec les Éditions Contredanse à Bruxelles, qu’il décline ensuite sous forme d’expositions et d’installations : Phantom Exhibition, qu’on a vue en Belgique, au Portugal et au Japon, et Weight of Sensation au MoMA à New York.

Phantom Exhibition. Steve Paxton

Steve Paxton poursuit une collaboration au long cours avec la danseuse Lisa NelsonPA RT (à partir de 1979) et Night Stand (depuis 2004). En 2016, il présente en tournée une reprise de Bound (1982) et chorégraphie la mise en scène d’un opéra de Robert Ashley, Quicksand, à New York.

En 2018, toujours avec  les Éditions Contredanse, il publie son premier livre Gravity, traduit ensuite en français La gravité. Cette édition est également déclinée au format audiobook en mp3 et sur un vinyle collector.

En 2019 à Lisbonne, une grande exposition lui est consacrée Drafting Interior Techniques. En 2020, une publication en ligne, Conversations in Vermont, héberge une très vaste collection d’interviews avec lui et Lisa Nelson.

En 2019, Contredanse célèbre Steve Paxton, lors de l’événement Swimming in Gravity. Conférence, exposition, rencontre, ateliers pour fêter leurs 15 années de collaboration.

Paxton

Steve Paxton reçoit trois New York Dance and Performance Awards, dits Bessies, dont l’un en 2015 pour l’ensemble de sa carrière ; le Vermont Governor’s Award for Excellence in the Arts en 1994 et un Lion d’or de la Biennale de Venise en 2014. Il a bénéficié du soutien du National Endowment for the Arts, de la Rockefeller Foundation, de la Contemporary Performance Arts Foundation, de Change, Inc., d’Experiments in Art and Technology et d’une bourse Guggenheim en 1995. En 2017, il est récompensé par la fondation United States Artists.

Il vit dans le Vermont.

Lire plus

Bookshop

Mon Panier
0