Bookshop
  • Français
  • English
  • Tout Public
    Jeune public / Young Audience
    Provinces
    01. Bruxelles - Brussels 02. Antwerpen- Anvers 03 - Brabant wallon 04. Vlaams Brabant - Brabant flamand 05. Hainaut 06. Namur 07. Liège 08. Luxembourg 09. Limburg- Limbourg 10. Oost Vlaanderen - Flandre Orientale 11. West Vlaanderen- Flandre Occidentale

    What Remains

    proposé par : Zoë Demoustier

    14.03.2024

    CC Het Gasthuis

    What Remains est une histoire sur le commencement et la fin, sur le fait de se trouver à l'extrémité d'une ligne de vie, au point où l'on commence en tant qu'enfant ou où l'on finit en tant que personne âgée. La poésie du changement en tant qu'êtres humains, la création de souvenirs et la peur de les perdre.

    Zoë Demoustier fait se rencontrer sur scène deux générations : des enfants qui commencent leur vie et des danseurs plus âgés qui la quittent. Le résultat de cette rencontre est un jeu physique et dansé entre jeunes et vieux qui met à nu le corps éphémère. Dans un langage gestuel où les rôles peuvent s'inverser, les deux se tiennent puissamment dans leur vulnérabilité.

    What remains

    proposé par : Zoë Demoustier

    14.03.2024

    CC Het Gasthuis

    What Remains est une histoire sur le commencement et la fin, sur le fait de se trouver à l'extrémité d'une ligne de vie, au point où l'on commence en tant qu'enfant ou où l'on finit en tant que personne âgée. La poésie du changement en tant qu'être humain, la création de souvenirs et la peur de les perdre.

    Dans What Remains, Zoë Demoustier fait se rencontrer sur scène deux générations : des enfants qui commencent leur vie et des danseurs plus âgés qui la quittent. Le résultat de cette rencontre est un jeu physique et dansé entre jeunes et vieux qui met à nu le corps éphémère. Dans un langage gestuel où les rôles peuvent s'inverser, les deux se tiennent puissamment dans leur vulnérabilité. Un enfant porte son grand-parent ; un danseur plus âgé retrouve sa liberté d'enfant ; l'autre enfile un pull. Qui s'occupe de qui ? Dans les similitudes et les différences, ils se retrouvent.

    Sur scène se trouvent quatre aînés, cinq enfants et un musicien. Les enfants ont entre 8 et 10 ans et viennent de différents quartiers de Bruxelles et de Flandre. L'ancienne génération est composée de danseurs professionnels. Ces danseurs incarnent le corps oublié, le corps qui ne devrait plus être visible sur une scène. Qui sont ces personnes, ce groupe oublié ? Sont-ils contraints à l'immobilité à cause d'un corps altéré ?

    19xBXL

    proposé par : Pierre Larauza & Emmanuelle Vincent

    08.02.2024

    15.03.2024

    Les Halles de Schaerbeek

    19xBXL est une proposition inédite de trois heures au croisement d'un spectacle et d'une exposition. Le public choisit son heure d’arrivée et la durée de l’expérience de l’oeuvre de danse documentaire. Pour vous accompagner tout au long de la soirée, un bar et un food truck seront dans l’espace d’exposition-représentation.

    Le chorégraphe plasticien Pierre Larauza et la chorégraphe danseuse Emmanuelle Vincent (binôme t.r.a.n.s.i.t.s.c.a.p.e) vous invitent à découvrir 19 portraits chorégraphiques ancrés dans le réel. Des trajectoires de vie de Bruxellois.es dont la pratique physique incarne l’expression d’un besoin viscéral de mouvements tels que la danse soufie de Nil Görkem, féministe turque, la pratique de contorsion de Marianne Chargois, travailleuse du sexe militante, le tissu aérien de Lucie Yerlès, jeune circassienne en pleine ascension, le crossfit hyperperformatif de Robert Natan ou encore l'utilisation singulière d’un ballon de basket par Ibrahima Baye Diop…

    19 récits chorégraphiques par 19 performeureuses investissent la grande halle accompagné.es par la musique live de Rokia Bamba, mêlant archives de témoignages et création sonore.

    19xBXL est le point d'orgue de deux années nomades dans la région de Bruxelles où le duo a rencontré, interviewé et filmé près de 150 personnes auteurices de mouvements dont les archives vous seront aussi partagées.

    Rokia Bamba, créatrice sonore du spectacle sera également en live.

    Bio
    Nous avons créé le binôme t.r.a.n.s.i.t.s.c.a.p.e (Pierre Larauza et Emmanuelle Vincent) en 2003 à HongKong, avec l’ambition de faire dialoguer la danse et les arts visuels. Installé.e.s à Bruxelles en 2004, nous voyageons alors de l’Europe à l’Asie en passant par l’Afrique, invité.e.s dans de nombreux festivals internationaux. Une trajectoire décloisonnée qui nous amène à présenter nos projets sur scène, dans l’espace public, au musée ou en galerie. Au fil des créations chorégraphiques, nos rôles se sont croisés pour nourrir une pluridisciplinarité commune : chorégraphes plasticien.ne.s, nous explorons le mouvement dans des formes hybrides où le dispositif scénographique tient une place privilégiée.

    Unfolding an Archive

    proposé par : Zoë Demoustier

    15.03.2024

    CC Lokeren

    Dans Unfolding an Archive, Zoë Demoustier déploie les archives visuelles de 20 ans de reportages de guerre. L'homme derrière la caméra est son père, Daniel Demoustier. La recherche d'une relation avec le domaine visuel des événements mondiaux avec lesquels elle a grandi est comme un mouvement de loin en loin. Dans une tentative de reconstruction, elle donne vie aux archives. Peu à peu, une chorégraphie de poses et de gestes se dessine dans une chronologie éclatée de souvenirs physiques.

    Spelling Spectacle

    proposé par : Ingrid Berger Myhre

    15.03.2024

    Nona

    Avec "si, alors" comme idée sous-jacente, Spelling Spectacle explore ce à quoi pourrait ressembler un train de pensée chorégraphique cohérent. Qui décide de ce qui suit, et comment ? Sur la base de quels éléments une chose acquiert-elle un sens ? Et qu'est-ce que cela nous apprend sur le contexte de notre lecture ?

    Spectacle orthographique est une allitération, dans laquelle les deux mots ont un double sens. Ils évoquent tous deux un sentiment de magie, en plus de leur sens littéral lié à la lecture ou à la vue. L'expression "épeler" signifie épeler quelque chose, mais l'expression "un sort" désigne une formule magique. Spectacle(s)" désigne un spectacle à regarder ou des lunettes pour voir.

    Amae

    proposé par : Eliana Stragapede & Borna Babić

    13.03.2024

    15.03.2024

    Théâtre Les Tanneurs

    Créateur·rices, danseur·ses et enseignant·es basé·es à Bruxelles, l’Italienne Eliana Stragapede et le Croate Borna Babić tentent de comprendre ce qui lie les relations humaines. Leur travail est influencé par le livre Le jeu de l’indulgence du psychanalyste japonais Takeo Doi qui a théorisé le concept « amae », un comportement typiquement japonais qui lie dépendance et attachement entre deux individus. Ce terme s’applique par exemple au nourrisson qui est totalement dépendant de sa mère et désire être aimé d’elle. Par extension, dans la société japonaise, cette attitude se prolonge et se répand tout au long de la vie adulte. L’amae rassemble donc un comportement chaleureux et humain, mais aussi un sentiment de codépendance et de contrôle qu’Eliana et Borna testent, éprouvent et tentent de décrypter à travers la danse.

    Casse-Noisette

    proposé par : Patricia Portetelle

    public : à partir de 5 ans

    15.03.2024

    Central - Le théâtre

    Casse-Noisette est l’un des ballets les plus célèbres du monde.

    Europa Danse Company vous en propose une nouvelle version, plus actuelle et plus moderne. Retrouvez sur scène une dizaine de jeunes danseurs, âgés de 18 à 25 ans, bientôt propulsés dans les plus grands ballets, tels que l’Opéra de Paris ou celui de Lyon.

    La Meringue du Souterrain

    proposé par : Sophie Perez

    14.03.2024

    15.03.2024

    Le 140

    Rebelle et libérée des normes, Sophie Perez et sa compagnie le Zerep orchestrent une fantaisie aux décors invasifs et à la dramaturgie anarchique. Drôle et teintée de folie, La Meringue du Souterrain prouve que l’expérience du théâtre est loin d’être convenable.

    Bordel burlesque et bizarre, La Meringue du Souterrain porte sans aucun doute la patte de Sophie Perez. Depuis 1998, avec la compagnie du Zerep, elle met en scène des pièces impertinentes, affranchies des hiérarchies et des normes, qui jouent sur l’absurde, les malentendus et le carnavalesque. Créée pendant le confinement, cette pièce frappe d’abord par sa scénographie débordante : une sculpture d’un visage grimaçant, clin d’œil à la pochette du premier album de King Crimson, dont les narines dégoulinent de morve, des mannequins de spectateur·rice·s dans les gradins ou encore des meringues géantes. La dramaturgie y est toute aussi sauvage, puisqu’au fil des chapitres se succèdent quizz théâtral, danses tribales, ballades au synthé et surgissent des personnages sans lien évident les uns avec les autres, à l’instar de Delphine Seyrig et de Pinocchio. Ce théâtre pirate, idiot et bourré de références se plaît à désobéir, dans une jouissance émancipatrice.

    Au fil des héritages

    proposé par : Samantha Mavinga

    16.03.2024

    CC Jacques Franck

    Le spectacle est né d’un constat des membres de la Compagnie Corpeaurelles et de leur volonté de le secouer. “ Par notre éducation et notre environnement, nous sommes sans arrêt immergées malgré nous dans un système de croyances, de clichés, de visions sans toujours être conscientes qu’il y a d’autres influences à exploiter. Nous sommes imprégnées des conventions de l’éducation qui nous a fait grandir, du vécu et de l’expérience que nos parents nous ont transmis. Cette zone de confort, notre égo ou la peur nous empêche souvent de les dépasser. “

    Au plateau, ces cinq femmes se projettent au 19ème siècle où les lavandières se réunissaient pour laver leurs linges. Au delà du cliché de la femme ménagère, cette situation représente un lieu de rencontre et d’échange. Leurs linges représentent leur vécu, leur histoire, leur vie qu’elles mettent à nu sur le fil du temps. Elles traversent le passé ensemble vers l’avenir, symbole d’une mixité. Temps qui leur sert à échanger idées et connaissances grâce aux danses traditionnelles propres aux origines culturelles de chacune. La musique transmet au spectateur l’écho de ces échanges d’énergies par l’utilisation de rythmiques allant des percussions à la musique électronique.

    Moving Meditations

    proposé par : Briana Ashley Stuart

    12.03.2024

    16.03.2024

    Atelier 210

    Moving Meditations est une création multidisciplinaire autour de la guérison, un processus alchimique autonome et collectif généré par le biais d’expériences. À travers des disciplines telles que la danse contemporaine, le stepping et le chant, la chorégraphe Briana Ashley Stuart explore l’importance du mouvement et du son comme éléments essentiels de l’expression humaine.

    Qu’il s’agisse de frapper des mains dans un élan d’enthousiasme ou crier lorsque l’on souffre : le son et le mouvement ont toujours joué un rôle important dans notre façon d’établir des liens, de nous exprimer et de nous comprendre. Au fil du temps, ces formes d’expression individuelles ont évolué vers des codes, ce qui a engendré des formes et des rituels collectifs au sein de groupes, qui sont à leur tour devenus des expériences introspectives personnelles qui mettent les choses en perspective.

    Moving Meditations nous rappelle l’infinité de choses qui nous relient et la valeur de notre voix et de notre corps pour les canaliser, les ressentir et les libérer.

    Canines jaunâtres 3

    proposé par : Marlene Monteiro Freitas

    14.03.2024

    16.03.2024

    Théâtre National

    La chorégraphe lisboète d’origine cap-verdienne Marlene Monteiro Freitas nous propose une performance aussi fascinante et énigmatique que son titre.

    Dans un espace atemporel rythmé par une horloge qui chronomètre des rounds aléatoires, les interprètes façonnent des figures contradictoires. Les codes esthétiques habituels laissent place à une exaltation des contrastes, à la fois pulsions de vie et pulsions de mort.

    Canine Jaunâtre 3 devient un jeu des corps en action, où les dix-sept coéquipier·es-danseur·ses, tous·tes muni·es d’un identique dossard n°3, sont soumis·es à des règles et des principes contradictoires.

    Faire, défaire, avancer, reculer : ces virtuoses aux mouvements subversifs très organiques forment une expressivité à la fois animalesque et robotique. I·Els nous entraînent progressivement vers un territoire incertain, où les frontières se brouillent.

    Une danse qui convoque nos souvenirs de rituels carnavalesques, dérèglant au passage l’ordre apparent des choses et nos trop confortables habitudes de perception.

    Foreshadow

    proposé par : Alexander Vantournhout

    16.03.2024

    Leietheater

    Au son d'une musique rock expérimentale, huit danseurs acrobates explorent les limites imposées par une surface de jeu verticale. Que se passe-t-il si un haut mur coupe la scène en deux et que l'espace restant est en fait trop petit pour huit danseurs ? Le mur est-il alors un obstacle ou crée-t-il au contraire de nouvelles possibilités ?

    0

    Le Panier est vide